Bernard Guilhaume interviewé par Clotilde

par Hervé Blaise le 19 mai 2018

Le Club d’Aviron de Bourges a récemment recruté un nouvel entraîneur, Bernard Guilhaume. Nous vous proposons de faire sa connaissance.

Pour la plupart des rameurs, tu es nouveau, mais plusieurs personnes de l’ACB te connaissent déjà…

Oui, j’ai une longue histoire avec ce club : je reviens 33 ans après !

On peut recommencer du début… Quand as-tu commencé l’aviron ?

Mes deux parents étaient membres du club d’aviron d’Alger : chacun ramait dans un 8. Nous avons quitté l’Algérie quand j’avais deux ans, et j’ai commencé à ramer à douze ans, à la Société Nautique des Hauts de Seine (SNHS) comme minime puis comme cadet. Je ramais dans un 8, à l’époque c’était le bateau roi. Je n’ai fait que deux saisons à la SNHS, après j’ai fait du handball.

Tu n’as plus ramé après ?

Si ! En 1982 j’étais dans l’école d’Ingénieurs de Bourges. Christian Sibuet (qui est toujours là !), Hervé Decoene et Armel Favereau m’ont recruté pour faire un 4 Universitaire. Je n’étais pas très enthousiaste au début : j’étais marié, avec une petite fille de un an… Mais finalement je me suis laissé convaincre. J’ai ramé toute une saison, et à la nage du 4 barré.

Mais l’engagement de votre équipe à Bourges ne s’est pas arrêté là : tu as eu des responsabilités importantes au club de Bourges…

Oui. Fin 1982, avec les membres du 4 barré, nous avons provoqué de nouvelles élections. Christian est devenu président, Armel secrétaire, Hervé trésorier et moi entraîneur. À cette époque, nous étions dans les locaux de l’ANMB et il y avait les Championnats de 1983 à organiser. Nous avons réussi à la fois à bien recevoir toutes les équipes et à arriver en finale A avec notre 4 barré ! Pour moi, cela a duré jusqu’en 1985, Christian est resté Président jusqu’à l’élection de notre président actuel, Hervé Blaise, et c’est grâce à lui qu’on a pu obtenir les magnifiques locaux actuels !

Et ensuite, tu es allé dans d’autres clubs ?

Oui j’ai déménagé et j’ai ramé à Caen, à Montpellier, à Compiègne. En 2003, j’étais entraîneur senior à Creil. Puis nous avons déménagé en Guyane pour des raisons professionnelles.

Et en Guyane, qu’est-ce que tu as fait ?

D’abord quand je suis arrivé en 2006, il n’y avait pas de club d’aviron, ils ne faisaient que de la pirogue : sur chaque bateau on trouve dix pagayeurs, un barreur et un gardien du feu. Je leur ai fait découvrir l’aviron. J’ai créé l’Aviron Guyanais 973 en janvier 2009 puis la Ligue d’aviron de Guyane en 2011. Ensuite j’ai créé un deuxième club en 2012, l’Entente Nautique de Montsinéry Tonnegrande. Et grâce au projet Guyane Base avancée, un club est sorti de terre, avec un ponton, deux bateaux de sécurité… Aujourd’hui il y a trente bateaux, dont deux 8.

Revenons au club de Bourges, quel est ton rôle aujourd’hui ?

Tout d’abord entre-temps, j’ai passé mes diplômes de monitorat : éducateur et entraîneur sportif. À l’ACB je fais de la prospection scolaire : j’essaie de recruter de jeunes rameurs en collège, pour que nous puissions les former. J’encadre aussi les séances sur l’eau et en salle (musculation, ergomètre) avec les bénévoles : Yves, Nicolas, Éric et Richard. J’entraîne donc les jeunes, les universitaires et les loisirs.

Quels sont tes projets pour l’ACB ?

Mon objectif : un 8 sénior aux championnats de France en 2020 !

Plus sérieusement, je m’investis avec les jeunes, je veux faire en sorte qu’ils restent. Beaucoup de jeunes ont tendance à quitter Bourges après le bac. J’essaie de mettre en place des partenariats avec des structures qui accueillent des étudiants. Je veux motiver les universitaires pour qu’ils progressent et se présentent sérieusement aux compétitions. J’aimerais que les jeunes de 18-23 ans s’impliquent et puissent devenir les futurs cadres du club ! Je souhaite mettre en place cette dynamique.

J’ai envie qu’on puisse emmener entre 20 et 40 jeunes aux championnats de zone, et leur faire plaisir.

C’est quand la dernière fois que tu as ramé en compétition ?

Ma dernière sortie officielle date de 2014, je ramais en double pour l’Aviron guyanais, mais dans le Nère, prêté par Bourges. Je suis arrivé en finale C des Championnats de France Vétéran.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone